Mot du président

 

 

Pr. Adnaoui

Président de la Société Marocaine de Médecine Interne

 

 

Jeune externe de 3ème année en médecine en 1975, j’ai été affecté au service de Médecine A du CHU Ibn Sina où j’allais entendre parler pour la première fois de la spécialité de Médecine interne avec les visites médicales au lit du malade de mon maître le professeur Abdellatif Berbich (Secrétaire Perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc) et rencontrer des médecins marocains de grande renommée et pour qui la médecine interne était une grande source d’inspiration ( Les professeurs Tazi Mokha Hakam, Zini Assouline et Najia Hajjaj Hassouni, qui vont donner les lettres de noblesse à la rhumatologie marocaine, le professeur Leila Balafrej qui fonda le premier service Néphrologie Hémodialyse, le professeur Mohamed Hassar qui fonda l’école marocaine de pharmacologie clinique, le professeur Alaoui Belghiti premier interniste-Hématologue au Maroc, le professeur Omar Kerkeb, premier Professeur de Réanimation Médicale au Maroc) et j’ai certainement oublié d’autres collègues qui m’ont fait découvrir la richesse et la grandeur de la médecine interne. C’était aussi en cette année 1975, que j’ai reçu sur les bancs des amphithéâtres de notre nouvelle Faculté de Médecine, les cours sur les maladies systémiques dispensés par un maître hors pair (Pr Moulay Driss Archane) avec un français enchanteur, parlant de Fred Siguier et de l’Ecole du Val de Grâce avec grande maîtrise, et qui va fonder les premiers services de médecine interne des hôpitaux militaires et diriger pendant plusieurs années le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Certains de ses disciples occupent maintenant des postes qui honorent notre spécialité et d’autres sont des enseignants très actifs au sein de nos universités et je ne voudrais citer comme exemple, que celui de mon amie Madame le Professeur Farida Toloune qui fonda le premier Diplôme Universitaire de Pédagogie Médicale.

Après ma réussite au concours d’internat du CHU de Rabat en 1980, le choix de la médecine interne était pour moi une évidence et c’est durant cette période que le professeur Saïda Benamour fonda le service de Médecine interne au CHU Ibn Rochd à Casablanca et en 1983, j’assistais tout ému à la nomination du premier spécialiste en médecine interne (made in Morocco), mon ami le docteur Mohamed Bennis, qui exerce actuellement en secteur libéral à Casablanca. Et en 1984, les premiers professeurs de médecine interne issus de l’internat du CHU, furent nommés à Rabat (Pr Abdelaziz Maaouni et Pr Mohamed El Kabbaj). Deux années après, c’est mon ami Ali Zaoui qui est nommé Professeur en Médecine interne à Casablanca et qui s’est installé, depuis, en libéral à Casablanca. Mon séjour en France de 1987 à 1989, m’a permis de découvrir le concept français de la médecine interne et c’est pendant cette année que les professeurs Pierre Godeau (Paris), feu Yves Letallec (Toulouse), Bernard Devulder (Lille) et mon maître Roger Levrat (Lyon) vont se joindre aux internistes marocains à l’hôtel Hilton de Rabat pour la création de la Société Marocaine de Médecine Interne et qui sera présidée pour 3 mandats successifs, par feu notre maître le Professeur Abdellatif Berbich, qui passera le flambeau au professeur Abdelaziz Maaouni et qui sera relayé par mon ami de toujours Monsieur le Professeur Mohamed Hachim. J’ai été très heureux d’avoir travaillé à leurs côtés en tant qu’assesseur puis en tant que secrétaire général de notre Société. En 1999 et alors que le professeur Abdelaziz Maaouni prenait la destinée de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Fès, nous avons convié nos collègues magrhebins (feu Mohamed Bendridi et Pr Mansour Brouri) pour la création de la Société Maghrébine de Médecine Interne et dont les congrès annuels connaissent un développement et une participation de plus en plus importante. Afin de lui conférer sa portée francophone, 3 congrès Franco-maghrébins sont ainsi organisés respectivement à Tunis, Alger et Fès et le 4ème congrès franco-maghrébin sera organisé la deuxième semaine de décembre 2009 à Toulouse en partenariat avec la SNFMI.

Durant le mois de Ramadan de la même année, fût créée la Société Marocaine de Gériatrie qui reste présidée par son fondateur (PrAbdelaziz Maaouni) et dont j’ai l’honneur d’assurer le secrétariat général. Cette société, ancrée au sein de la médecine interne, a d’une part fait un grand plaidoyer pour la reconnaissance de cette spécialité au Maroc, développé des cours annuels de perfectionnement en gériatrie, participé avec le Comité Franco-Marocain à la formation des médecins gériatres à Paris et d’autre part, elle est en train de mettre les jalons pour l’enseignement d’un module de gériatrie pour les étudiants de 6ème année de médecine et un diplôme universitaire de gérontologie pour les médecins généralistes. Les efforts de cette Société ont été consolidés par la création en 2007 de l’Association de Gérontologie « AGE » par mon ami le Docteur Mostapha Oudrhiri et la tenue de deux colloques de consensus sur « L’avenir de la gériatrie et des personnes âgées au Maroc » l’un par la Direction de la Population du Ministère de la Santé et l’autre le Ministère de la Solidarité Sociale.

La rentrée universitaire 2014-2015 a vu naître le Diplôme Universitaire de Gériatrie et Gérontologie au niveau de la Faculté de Médecine et de Pharmacie Rabat.